Pro-Film : Cinestill 800 – La photo nocturne transformée

Posté dans Photographie

Pro-Film : Cinestill 800 – La photo nocturne transformée

Enfin ! Enfin, j’ai pu tester cette pellicule photo qui me hante depuis des mois ! Enfin, je peux écrire cet article et vous parler de mon coup de cœur pour la Cinestill 800…


Cinestill : Quand Star Wars VII rencontre la photographie argentique

Cinestill est un petit ovni dans le monde du film photo : A la différence de Kodak, Ilford, ou Fujifilm, ce n’est pas un des acteurs historiques de la pellicule. Il fait plutôt parti de la nouvelle vague de fabriquants de pellicule dite “créative”, qui cherchent à fournir des films aux effets surprenants aux photographes argentiques toujours désireux de tenter de nouvelles expériences.

Tout commence par le cinéma : Un rouleau de Cinestill est en fait une pellicule cinéma (la Kodak500T, utilisée notamment pour le dernier Star Wars), modifiée pour pouvoir être développer dans du C41 (le produit chimique utilisé pour les développement photo) et conditionné en rouleau 24×36 pour appareil argentique.  Si le film cinéma de base est un film de sensibilité 500iso, la conversion pour le développement C41 permet au film d’atteindre une sensibilité de 800iso (voire plus avec un traitement chimique adéquat), parfaite pour la photographie dans des conditions lumineuses difficile. C’est également une pellicule prévu pour sublimer les éclairage artificiel “tungstène” des plateaux de cinéma, ce qui en fait la pellicule parfaite pour de la photo urbaine nocturne…

Quand la nuit vient…

A peine la cassette reçue, je la charge dans mon fidèle Canon A1, et fonce braver le froid d’une soirée hivernale à la recherche de néons et autres éclats de la ville moderne. Le rendu de la pellicule sur ces éclairages est surprenant : Les éclairages blancs de la ville rougissent et s’habillent de grand halos, les néons (notamment rouge) gagnent en profondeur de couleur et en luminosité. Les lumières sont fort saturées et font ressortir le coté vibrant de la ville. Un régal également en portrait, en jouant avec des éclairages dans le bokeh pour sublimer les arrière plans.

cinestill-029

Avec la Cinestill 800T, les lumières artificielles urbaines sont sursaturés et deviennent partie intégrante de l’image.

La haute sensibilité du film, couplé à un objectif à grande ouverture, permet de shooter à main levée même la nuit dans une ville bien éclairée. Couplé à un trépied et la pose longue, elle sera le compagnon idéal pour travailler sur des photos façon “traînée de phare”, au dessus d’une autoroute bien fréquentée. Jouer avec les lumières et leurs reflets est un vrai régal.

cinestill-020

L’effet est particulièrement prononcé sur les lumière rouge, notamment les néons.

Mes expériences de prise de vue m’ont également conduit sous terre, dans le métro parisien, ou le néon règne en maître… Quel régal ! Là encore, malgré une luminosité difficile, la Cinestill 800T s’en sort de manière exemplaire. Là encore, il faut véritablement jouer avec la lumière artificielle et l’intégrer dans le cadre : elle devient une véritable composante de la photo, et en est presque le sujet principale, tant la formule chimique la transforme et la sublime : contrairement aux pellicules classiques, la Cinestill 800 est pensée non pas pour la lumière du jour, mais la lumière dite Tungsten, plus froide, d’où ce rendu des couleurs particulier.

cinestill-005

Shooter à la Cinestill vous obligera à faire entrer la lumière comme composante première de votre photo.

Malgré sa haute sensibilité, le grain reste très raisonnable, ce qui rend la pellicule agréable à utiliser même en portrait. J’avais été plutôt déçu par la Potra800 de chez Kodak, est ait été agréablement surpris par les performances de ce film, même dans des conditions très difficiles de nuit noire avec de très faible source lumineuses.

cinestill-031

Malgré une sensibilité élevé, le grain reste faible, ce qui fait de la Cinestill un film parfait pour du portrait nocturne.

Pour terminer, et par curiosité, j’ai pris quelques images en plein jour : Clairement, ce n’est pas là que le film s’en tirera le mieux, avec des couleurs assez étranges. Cinestill conseille l’utilisation d’un filtre 85B et une sous exposition à 500iso dans le cas d’une utilisation en plein jour. On peut cependant obtenir des résultats corrects sans, même si je trouve dommage d’utiliser cette pellicule pour cet usage : à près de 15€ les 36 vues, on aura tendance a rester dans la zone de confort du film pour tirer le meilleure parti de ces qualités si particulières.

cinestill-010


POUR

  • Un effet qui sublime les lumière nocturnes réussi
  • Faible grain pour une sensibilité élevé
  • S’adapte à toutes les conditions lumineuses difficiles

CONTRE

  • Prix élevé
  • Pas toujours facile à trouver, même en ligne
  • Performances moyennes en lumière naturelle, ce limite son usage à des cas très spécifiques pour en tirer le meilleur

Galerie

cinestill-022


cinestill-024


cinestill-042


cinestill-015


cinestill-008


cinestill-006


cinestill-027


 

Laisser un commentaire