“Argentrip” à Chantilly & Eiffel Tower en touristes

Posté dans Photographie

“Argentrip” à Chantilly & Eiffel Tower en touristes

La photographie couleur en hiver, ça n’est pas facile : J’en parlais déjà il y a quelques semaines. Cependant, avec un environnement adéquat et un peu de chance avec la météo, immortaliser la lumière hivernale est terriblement gratifiant. Direction Chantilly et Paris pour un voyage à l’argentique.


Adepte de la grasse matinée le week end, je suis arrivé trop tard pour visiter le château de Chantilly. Qu’a cela ne tienne, il reste l’immense parc à explorer. et 36 vues dans ma pellicule. J’apprécie l’idée de découvrir l’endroit “hors saison”. L’hiver donne un charme certain à ce lieu qui, en été, grouillerait de monde.

La chance m’a souri : la lumière tombante du soir ruisselle d’éclats dorés, quelques nuages donne du reflet au ciel de la fin d’après midi, les bassins permettent de nombreux jeux de reflets. Le parc est si vaste qu’il est difficile de savoir par ou commencer. C’est au hasard que je m’aventure à sa découverte. L’ambiance est calme, seul le ronronnement lointain de la nationale vient perturber le bruit des oiseaux et les clapotis de l’eau. Au détour d’une allée, des cygnes glissent paisiblement le long d’un bassin.

Cygne chantilly

Quelques seconde plus tard, le cygne me poursuivait à travers le parc

Le décor se prête plutôt bien au portrait et ma fiancée a accepter de poser pour quelques clichés. Il était étrange de tirer ces images à l’argentique quand à quelques mètre à peine, une ribambelle de photographes travaillait à des images de mariages avec leurs gros appareil numériques. Dans la soirée, la lumière était plus douce, les ombres moins fortes qu’au coucher du soleil, parfaite pour quelques portraits à la volée.

 

Paris I Love U

Le lendemain, nous avions décidé de partir à l’exploration du musée du Quai Branly à Paris. Encore une fois, une bonne occasion pour quelques photos façon touristes dans la capitale. L’intérieur du musée était cependant bien trop sombre pour ma pellicule. Une bonne surprise m’attendait malgré tout à la sortie, dans le parc qui entoure le musée, illuminé de mille couleurs.

Si vous me lisez régulièrement, vous savez que je suis particulièrement friand de photo urbaine dans des ambiances nocturnes. Les lumières de la tour Eiffel, les reflets des réverbères dans l’eau de la scène, les ponts illuminés, tout déclenche chez moi une frénésie incontrôlable à prendre des photos.

Tour Eiffel

Bilan de ce voyage : il m’a presque permis d’oublier la petite déception de mon autre pellicule hivernale. C’est également un vrai boost créatif de quitter, pour quelques jours, son environnement quotidien : de nouvelles images et idée s’offre à vous, sans trop d’effort, et c’est généralement gratifiant pour le moral. Comme toujours en argentique, le nombre limitée de vue me force à mieux réfléchir à mes images qu’en numérique. Puis vient l’attente des images et leur découverte quelques semaines plus tard, et c’est comme repartir une nouvelle fois en voyage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.